18e ÉDITION DU FMA DU 27 OCT AU 12 NOV 2017

Plus d’une fois et tout de grâce et d’élégance, le danseur-interprète turc de ballet oriental à la scène, Ilhan  Karabaçak, est de retour à  Montréal, dans une nouvelle création dédiée au 10e anniversaire du FMA. Nos yeux demeurent  encore éblouis par sa brillance lors de ses passages fougueux sur  les scènes du festival lors d’éditions précédentes. Connu par le public québécois, après avoir été la révélation du FMA en 2005,  invité par la suite au Gala des Étoiles, puis inscrit au programme annuel du Cirque du Soleil à Las Vegas, il revient aujourd’hui à la racine de sa carrière en Amérique du Nord, pour nous ensorceler avec sa chorégraphie remarquablement atypique.

Entouré des danseuses Andrea Fryett, Valérie-Catherine St-Jacques, Isabelle San Lefebvre, Melissa et Geneviève Chabot, dans un harem plein de mystères à révéler, on suit le mouvement d’un homme, libre de ses gestes, élancé  et svelte, dont l’esprit voyage sans cesse entre énigme, plaisir  et accomplissement. Rigueur et passion nous transportent  à travers  une atmosphère enivrante à couper le souffle. Chaque mouvement de danse exalté accroche les regards dans les quatre dimensions de l’espace. Reconnu manifestement pour son don de danseur oriental et sa perfection dans ses interprétations, Ilhan nous renvoie aux parfums orientaux de l’univers des mille et une nuits. Un hommage distinctif et singulier qu’un homme oriental rend aux femmes, auxquelles ce style de danse est conventionnellement attribué. Le rêve proposé dans le Harem d’Ilhan est en réalité un magnifique croisement d’expressions déposées dans des mémoires diverses, donnant naissance à un présent à la fois hybride et unique. Avec cette nouvelle création, Ilhan Karabaçak nous montre qu’en plus d’être un merveilleux danseur, il est aussi un créateur inspiré !