18e ÉDITION DU FMA DU 27 OCT AU 12 NOV 2017

« S’opposant à l’extrême violence du monde, le geste tente ici d’ouvrir de nouvelles voies… »
Christian Saint-Pierre, Voir

Oeuvre co-signée par les chorégraphes Irèni Stamou (Québec) et Alissar Caracalla (Liban), Razzias réunit la compagnie Orientalist Dance Company of Caracalla de l’Institut Caracalla et l’École Nationale de ballet contemporain du Québec.

La création tente de trouver un ” en-commun ” du geste, à travers une mise en perspective de l’énergie et de la créativité de deux groupes de styles complètement différents. Les deux écoles contemporaines de danse orientale et occidentale s’expriment sur le même thème de manière autonome, se rencontrent à des moments particuliers et évitent la fusion forcée. Sans décorum ou rappel ostentatoire d’une culture particulière, dans la seule nudité du mouvement, les créateurs de Razzias proposent un espace où la rencontre est, avant tout, spontanéité et suggestion.

Le spectacle reconstruit, dans un langage contemporain, deux moments de razzia où lois, sciences, philosophies, techniques, rythmes, mouvements et styles se sont croisés, affrontés et accouplés. Deux razzias qui ont introduit des siècles entiers de confrontation et d’échange. Du flamenco au ballet, du mouachah à l’opéra, les conquérants sont suivis à la trace. Du ” haut ” de notre époque, on interroge le fameux rêve oriental de l’empereur et la passion universaliste des sages califes; on remet à jour des images qui nous renvoient éternellement à l’Autre, l’intrus, qui est en soi. Dans Razzias, on s’affranchit des divinités du corps et de sa mémoire grégaire pour mettre en mouvement un humain d’aujourd’hui, porteur d’un universel qui n’est pas nécessairement synonyme d’Occidental. C’est une chorégraphie contemporaine dans laquelle on ose danser à la fois l’autre et soi-même, dans un espace-temps ouvert et alternatif qui dilue l’extrême violence du monde dans de nouveaux mouvements.

This post is also available in: English (Anglais)