fbpx
Accédez au site virtuel - Visionnez les spectacles en DIRECT

En 2007, le FMA proposait le thème « Espace zéro » pour souligner à la fois le rétrécissement de l’espace social et l’urgence de bâtir de nouveaux « espaces de rencontre ». La crise du « lieu commun » qui divisait les groupes et les communautés à l’époque, alimentée par une manipulation constante des instincts identitaires et religieux, cède aujourd’hui la place à l’aseptisation généralisée de tous les « espaces communs », touchant chaque individu sur la planète Terre et instaurant cette fois-ci un régime d’isolement total.

À l’heure où les frontières du monde semblent s’effriter, fissurées de l’intérieur par une modernité que l’on pensait inaltérable, le coup du sort frappe la carte des hommes et nous force au repli. Murs de nos maisons, cloisons nouvelles des villes et des quartiers adjacents, les espaces se rétrécissent jusqu’en nos appartements, et parfois même jusqu’en nos chambres à coucher. L’en-dedans est à présent ce microcosme dont notre bureau ou canapé pourrait bientôt en constituer l’unique centre-ville.  On voulait rendre l’Immense petit, et voilà le petit qui prend le dessus et devient l’Immense. Le miroir du monde s’est brisé, reflétant la fragilité absolue de l’humain.

Oyez, oyez, il faut à présent refaire société ! Comment, en ces temps de pénurie relationnelle, faire passerelle?

Quand, dans un monde fait d’os et de chair, la relation devient danger ou dissidence, elle n’a de cesse d’advenir encore dans les entrelacements chiffrés du numérique, apparaissant comme une bouée salutaire, à la fois dans le désert des rues et la marée du net. Le partage d’une même réalité nous lie et nous compose désormais : nos écrans sont nos fenêtres sur nos villes, parcs et salles de spectacles, relégués tous à ce petit point carré qui nous tire vers des lieux infinis, riches d’improbables croisements, nids de la bêtise ou de la créativité, du tribalisme mimétique et robotique ou de l’imaginaire fécond et subversif.

Avec Espace 01, des univers à conquérir, nous reprenons conscience de la vulnérabilité des espaces de rencontre dans nos vies et de la nécessité de forger sans plus attendre des lieux réinventés dans cette grande nouvelle maison de l’espèce qui s’offre à nous, le numérique ! Pourquoi ne pas chevaucher cette immense machine pour rejoindre de nouveaux univers, en faire le substrat d’une solidarité à construire, où l’on aiguise la soif du contact et la faim de l’autre !

Saisissant la balle du virtuel au vol, le FMA ne se résigne jamais et tente de conjuguer la diversité au numérique. Il déroule sa programmation sous l’auspice des nouvelles technologies, poursuivant sa quête des espaces communs aux altérités. Si vous sentez en vous des carences en notes, en mélodies et pas de danse, en cinéma ou en réflexions sur le monde, mais aussi en soirées inoubliables, aux spectacles étincelants de sourires et de joie, tenez-vous prêts pour un voyage dans l’Espace 01 du 21e FMA !

Tourné vers les valeurs sûres dans ces temps d’angoisse, des musiques de l’âge d’or de la glorieuse Beyrouth aux mélodies berçantes de la fabuleuse Andalousie, en passant par ses créations phares diffusées pour la première fois, le FMA espère rendre à son public une petite part du frisson, de l’émotion, de l’exaltation et de la chaleur que nous procure la vraie rencontre !

Bon Festival!

MERCI À NOS PARTENAIRES